L’association assure la gestion du voilier mythique de Bernard Moitessier, propriété du Musée maritime qui lui en a délégué la navigation et l’entretien courant.

Joshua, navigations et conservation

Quand, en 1990, Bernard Moitessier a barré Joshua jusqu’aux Minimes pour le Grand Pavois de La Rochelle, il était heureux de voir revivre son cher compagnon, laissé à l’état d’épave après avoir été drossé à la côte en 1982 à Cabo San Lucas (Mexique).

Quand, en 1993, Patrick Schnepp, directeur du Musée Maritime, a obtenu que Joshua soit classé monument historique, Bernard Moitessier a souhaité que Joshua sorte du bassin du musée pour prendre à nouveau le vent et la mer.

Depuis cette époque, son vœu est accompli peut-être au-delà de toute espérance car, de mai à novembre, avec une moyenne de 150 jours par an, Joshua navigue grâce aux chefs de bord et aux seconds de l’équipe « Joshua » de l’AAMMLR. Les équipiers embarqués, adhérents de l’association, sont ravis de naviguer sur ce bateau mythique, concrétisant un rêve après la lecture de « Cap Horn à la voile » ou « La longue route ».
Le programme de navigation, mis en ligne au début du printemps, est construit autour des dates de manifestations nautiques auxquelles Joshua est invité, depuis les ports bretons jusqu’au Bassin d’Arcachon. Entre ces plages réservées, les sorties sont programmées à la journée pour naviguer dans les pertuis, ou en mini-croisières de 2 jours ou plus. A la journée, 6 équipiers peuvent être accueillis à bord, seulement 4 au maximum en mini-croisière. Une seule condition initiale pour demander à naviguer : être membre de l’AAMMLR à jour de sa cotisation.

150 jours de navigation par an, cela exige un entretien sérieux du bateau, garant de sa conservation et de la sécurité en mer.
Pour l’hivernage 2016-2017, 1200 heures de travail ont été nécessaires pour que les bénévoles de l’équipe « Joshua » assurent l’entretien courant annuel et les réparations exceptionnelles.
Ce travail reste sous le contrôle du directeur technique du Musée Maritime. Ce dernier, propriétaire du bateau, consacre un budget important à la conservation de Joshua, auquel s’ajoute la contribution financière de l’AAMMLR, alimentée par la participation aux frais des journées de navigation.

La participation à l’activité d’entretien ne nécessite pas de compétence particulière, c’est un travail d’équipe où chacun apporte son expérience personnelle. Joshua est en acier, ce qui explique le titre de « décapeurs de rouille » attribué à cette joyeuse bande d’amis. Pour les rejoindre, il suffit d’être adhérent et disponible le mardi et/ou le jeudi. Les horaires sont souples, l’ambiance est chaleureuse, ce qui n’empêche pas de rechercher une qualité de travail aussi professionnelle que possible.

En transmettant l’histoire de Joshua et de Bernard Moitessier et en faisant tout pour que ce bateau continue à vivre, l’équipe Joshua est dans le droit fil de la devise de l’AAMMLR : « La mémoire maritime en action ».