Bernard Moitessier

JOSHUA

Le mythique voilier de Bernard Moitessier
Y a t-il un bout du monde ? " Joshua "

Conçu en 1961, d'acier et gréé de mâts en bois réalisés dans des poteaux télégraphiques retaillés, économie oblige, le bateau rustique et robuste a des allures de mangeur de milles. Un début de carrière en école de voile, il faut bien renflouer la caisse de bord, et un long séjour de vagabondage en Polynésie, ne laisseront pas les voileux de l'époque indifférents.
Août 68 ces mêmes voileux ont les yeux tournés vers l'Angleterre où une course autour du monde est organisée. Le règlement est simple, un homme, un bateau, un tour du monde sans escale et sans assistance et 5000 livres sterling de prix pour le voyage le plus rapide. Joshua est au départ.
Les mois passent, Joshua plus rapide que ses concurrents creuse imperturbablement son sillon dans les océans. Les pronostics vont bon train, Joshua va gagner, il ne lui reste plus qu'à remonter en Angleterre. Soudain Joshua et son maître font la Une de l'actualité pour un événement peu banal.
"Le navigateur Bernard Moitessier à bord de Joshua a décidé de ne pas rentrer en Angleterre ". Il abandonne son prix et continue sans escale jusqu'en Polynésie, ce qui équivaut à un demi-tour du monde en plus.
Un seul commentaire en explication de sa décision : "pour ne pas retrouver les fausses valeurs du monde moderne et pour sauver mon âme ".
Là Bernard pour toute une génération tu as pris la dimension d'un gourou. Les années qui ont suivi faites de vagabondages entre les îles et sous les cocotiers, ont drainé plusieurs générations de rêveurs qui n'avaient qu'une idée : construire un bateau, tout plaquer, et suivre ton sillage. Mais un jour de décembre 1982, sur les côtes mexicaines un violent typhon a terrassé Joshua, blessé, démantelé rempli de sable et de galets, le grand Ketch rouge était condamné à une disparition qui semblait inéluctable.
C'était sans compter sur la fraternité de tes copains, et amoureux de ton aventure. On ne laisse pas tomber un bateau magique. Et le miracle s'est accompli, Joshua a repris connaissance, soigné ses plaies et a renavigué avec d'autres maîtres sur la côte Ouest des Etats Unis avant d'être cédé en 1990 au Musée Maritime de La Rochelle.
Là, Bernard, tu étais présent. Pendant des jours, silencieux tu as parcouru lentement le pont, retrouvant tes marques et posant tes mains sur chaque pièce, comme pour leur transmettre une nouvelle vie. Ton voeu a été que Joshua ne reste pas parqué au fond d'un bassin mais qu'il navigue. Voeu exaucé, constamment ausculté et soigné par l'équipe technique du musée, Joshua au mieux de sa forme continue à humer les embruns, à fendre les flots, et même quelque fois à s'offrir une fugue.
Mais tu n'es plus là Bernard, puisqu'en juin 1994 tu as quitté notre monde, terrassé par la bête sournoise qui ronge les hommes. Aujourd'hui de ton pays des nuages, combien tu dois être heureux, de voir ton grand ketch rouge, continuer à s'incliner majestueusement sous la poussée de la brise, avec à sa barre des skippers respectueux de ton mythique Joshua. Tu vois la longue route continue. Quant au bout du monde, il faut le chercher quelque part derrière l'horizon éternel. C.D.

Joshua a été classé monument historique en 1993

Lire la page consacrée à Bernard Moitessier