Gravure de Morel Fatio

Les musiques et chants de la mer

Marin et son accordéon à bord du Parma

Ils appartiennent aujourd'hui à la tradition et au patrimoine maritime mais ils faisaient autrefois partie de la vie des marins, sur les bateaux et dans les ports (du XVIème siècle au début du XXème, dans la marine à voile, la pêche et sur les grands clippers)
Sur les bateaux, ils étaient avant tout des chants de travail, liés à l'effort du très rude métier « des travailleurs de la mer » :

Chants à virer au cabestan ou au guindeau
Chants à ramer
Ou dans les ports, des chants à déhaler, pour la sortie des ports, le long de la jetée.

C'étaient aussi et parfois des chants de détente lors des rares moments de loisirs sur les bateaux, comme les chants de gaillard avant, souvent des récits de marine ou des complaintes. Et puis lors des escales, les chansons des ports dans les tavernes ou les bars, ou bien encore, des chansons à danser.

chanson à virer

Ces chants avaient presque disparu avec l'apparition de la marine à vapeur, puis ont ressurgi depuis une trentaine d'années, d'abord en Bretagne puis sur le littoral de nos côtes, mais aussi dans bien d'autres villes. On compte aujourd'hui en France environ 150 groupes répertoriés (probablement bien plus en réalité) dont une petite dizaine en Charente maritime. L'Association des Amis du Musée Maritime de La Rochelle a créé son premier groupe en 2006. Il en compte trois aujourd'hui :

l'atelier de chants de marins.
Le groupe « diatos ».
Le groupe instrumental.


Consulter les activités de ces groupes